La décharge

J’ai déjà eu les genoux qui flanchent.
Les papillons dans l’estomac.
La tête dans les nuages.
Le syndrome du « je l’appelle-tu? je l’appelle pas? ».
La hâte de revoir l’autre.

Mais la décharge je la déteste.

Celle qui part de ce point de tension au milieu de ta poitrine.
Et qui se diffuse en un éclair juste qu’au bout de tes ongles.
Scie tes jambes en deux, fait trembler tes mains.
Cette décharge qui revient à chaque fois que tu le croises.
Même si cet être s’est depuis longtemps éclipsé de ta vie.

Publicités

Une réflexion sur “La décharge

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s