Au pays des rêves

J’ai toujours été très ouverte à l’analyse des rêves. Non pas que je crois nécessairement tous les livres de symbolique qui existent (je n’ai jamais compris comment le cerveau pouvait se servir d’une image X pour envoyer un message sans savoir au départ ce que cette image symbolisait), mais je sais que ce que l’on vit et l’on ressent est expulsé par les rêves. Donc un sentiment enfoui, une crainte cachée peut nous être révélé de cette façon. Jeune je m’amusais souvent à analyser les rêves de mes copines, en associant ce qu’elle vivait à ce qu’elle rêvait. C’est souvent très révélateur.

Je crois aussi aux rêves prémonitoires. Je sais que ça, c’est une croyance plus contestable. J’ai un petit côté ésotérique il faut croire. Il faut dire que j’ai eu à 3 reprises, à l’adolescence, des rêves prémonitoires assez précis. Au 3e j’ai décidé que ce « don » était trop lourd pour moi, et je l’ai rejeté. Depuis j’ai à l’occasion des « feelings » mais comme je ne me suis jamais appliquée à les décoder, j’ai beaucoup de difficulté à les interpréter. Mais là je m’éloigne.

Enceinte, nos rêves font un peu n’importe quoi. Les hormones et les craintes nous débalancent de jour, alors la nuit, lorsque la raison n’a aucune emprise,  c’est inévitable. Difficile d’analyser à se moment là. On se lève, un petit pipi, un petit verre d’eau et on se recouche. C’est la seule chose à faire.

Pourtant il y a une redondance qui me perturbe; la mort. Je sais, c’est tout à fait normal de craindre de perdre ce bébé qui n’est pas encore né, mais là il n’est pas question de lui, mais bien de mon entourage. Amis, connaissances, familles; les uns après les autres, ils tombent. Je ne sais même pas si je peux qualifier ça de cauchemar, puisque je ne me rappelle même pas du rêve, mais à chaque fois je me réveille avec la certitude qu’untel est mort. Pas comme si je venais de l’apprendre, non, mais comme si je l’avais appris la semaine passé et que j’étais en processus de deuil. Chaque fois, ça me prend une bonne dizaine de minutes à réaliser le mensonge.

Je n’essaie pas d’analyser cette redondance puisque je me doute bien que c’est inutile, mais n’empêche que c’est très perturbant comme situation…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s