Le juste milieu entre exhibition et vie privée

Je blogue depuis 2006, au début sous le couvert de l’anonymat, puis peu à peu sous le regard de mes amis proches, pour finalement le faire au vu et au su de tous. Depuis mon changement d’url (soniadesruisseaux.com et ensuite soniavsnico.com), je blogue sous mon nom complet, ou du moins, il est facile à trouver. J’ai un Facebook où je n’accepte, à quelques exceptions près, que les gens que j’ai déjà rencontrés, et un Twitter ouvert à tous. J’écris sur tout et n’importe quoi, principalement sur ma vie, un peu comme je le ferais verbalement dans mon quotidien. J’inonde mon Twitter de commentaires majoritairement non-pertinents, pour me défouler ou simplement pour passer le temps. Je converse à droite et à gauche, un peu comme à mes débuts sur mIRC, à l’époque où il n’était pas encore question de confidentialité et de réseaux sociaux.

Ma grossesse a pris une place importante sur ce blogue ainsi que sur mon Facebook et mon Twitter, même que cette place est un peu plus grosse que je ne l’espérais au départ. Je ne tiens pas à devenir une autre de ces mamans blogueuses (je n’ai rien contre elles, ce n’est simplement pas moi), mais avec juste ce qu’il faut d’énergie pour vivre sa grossesse, il est difficile de parler d’autres choses. J’ai parlé un peu de tout, du sérieux au farfelu, en passant par la lassitude de ma situation. Pour ceux qui ne l’avaient pas encore compris, je ne suis pas de celles qui aiment être enceinte.

J’ai rencontré grâce à Twitter des gens géniaux, et il y a d’autres personnes à qui je parle tellement régulièrement que j’ai l’impression de les connaître, alors il va de soi qu’un beau matin/midi/soir/nuit on retrouvera sur mon Twitter un petit quelque chose du genre : « Je crois que cette fois c’est la bonne, direction l’hôpital pour confirmer le tout. » Et si moi et mon chéri trouvons le temps long à l’hôpital, il est fort probable que vous y lirez d’autres « tweets » sur le sujet. Pas au point de suivre étape par étape mon niveau de dilatation, mais question de se défouler un peu et de passer le temps comme nous le faisons chaque jour.

Je suis consciente que quiconque le désire pourra suivre nos péripéties sur le web de cette façon. Je suis exhibitionniste de ma vie depuis 2006, alors je sais très bien le positif et le négatif que peut apporter une telle démarche. Mais je n’irais pas jusqu’à publiciser mon action et même si je serais d’une certaine façon flattée, j’éprouverais surement un profond malaise à ce qu’on le fasse à mon insu. Ma démarche ne serait rien de plus qu’une action sans but, sans intérêt et surtout sans engagement; trop de temps à perdre et un iPhone rechargé.

La limite de chacun est différente. Pour certains, le quart de ce que je révèle serait de trop et pour d’autres, l’intérêt d’une telle exhibition est de le faire à fond. Mais, peu importe l’avis de l’un et l’autre, l’important est de définir ma propre limite…

Publicités

2 réflexions sur “Le juste milieu entre exhibition et vie privée

  1. Je suis en plein processus de réflexion au niveau de Facebook.

    Pour l’instant mon compte est utilisé plus au niveau personnel que professionnel. Donc, photos, vidéos… Par respect pour mes amis qui ne veulent pas nécessairement que leurs photos soient vues par n’importe qui, je le garde privé.

    Cependant, puisque j’ai comme projet de travailler à mon compte, je sais que j’aurais éventuellement à ouvrir mon compte Facebook. Je vais sans doute devoir approfondir la gestion des listes et peut-être même faire du ménage dans mes photos…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s