L’arbre devant chez moi est passé du vert au jaune sans que je m’en aperçoive.

Je tente du mieux que je peux de m’adapter à ma nouvelle vie; trouver le juste milieu entre moi, lui et l’autre. Je commence à retrouver certaines libertés, et avec elles vient l’envie d’en avoir plus. Et la frustration de décider à chaque événement qui de nous 2 y va, et comment nous nous arrangeons si nous pouvons y aller 3 .

On a beau être préparé à tout ça, on ne l’est jamais totalement.

Je commence à avoir quelques minutes pour moi. J’ai une urgence de meubler chaque petit temps libre, comme si je n’avais ni le droit, ni l’envie de ne rien faire. Je comprends aujourd’hui ma mère qui était incapable de s’asseoir devant un film sans occuper ses mains. Elle tricotait, je fais un tapis…

Il me manque lorsque je suis loin de lui. S’il dort trop longtemps je ne peux m’empêcher d’aller vérifier s’il existe toujours. Ma vie d’avant me semble déjà un lointain souvenir.

On a beau être préparé à tout ça, on ne l’est jamais totalement.

Publicités

Une réflexion sur “

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s