À force de ne pas avoir le temps de se reposer on fini par tomber malade et devoir le faire anyway. Depuis ce week-end, j’ai fini un livre commencé il y a plus d’un mois, écouté une saison complète de Master Chef Junior et j’ai dormi. Surtout.
Et là je me force à écrire, même si je n’ai rien à dire.
En fait c’est faux. J’ai écrit plusieurs textes mentalement ces derniers mois. Tant de sujets qui m’intéressent ou me révoltent. Sérieusement je me révolte à rien ces jours-ci. Juste là, je me révolte de mon utilisation du mot sérieusement.
J’ai toujours préféré écrire la fiction. Parce qu’on peut creuser à fond un sentiment sans avoir l’impression de se mettre à nu, parce qu’on peut regarder la laideur en face et réussir quand même à s’endormir le soir.
Mais le monde est à la réalité. On veut rire du gars qui se plante dans la rue et non pas du gars qui fait semblant. On préfère le « moi je pense que » aux faits, l’opinion au journalisme.
Et tous ces pseudos spécialistes qui viennent nous dire comment vivre notre vie. Ces pseudos spécialistes qui ont une tribune pour le faire. Ces pseudos spécialistes qui me font douter de mes choix et décisions pour E-RIEN.
Voilà ce que sa donne lorsque je me force à écrire. Un texte inutile et disparate. Mais je n’ai pas le choix. Pas le choix sinon je me perds.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s