Briser le moule

Mon plancher de cuisine est toujours hideux, mais j’y passe pourtant mes soirées à préparer des bons petits plats pour ma famille.

Notre salon accueille nos passe-temps, nos éclats de rire et nos discussions.

Notre sous-sol s’emplit de trucs inutiles et de jouets inutilisés.

J’entends le gazon de notre terrain trop peu utilisé crier « coiffeur! ».

Le trajet de la maison au travail est toujours aussi pénible.

La frénésie de la ville nous manque. La proximité à pied des commerces aussi.

Et si nous nous étions trompés.

J’adore notre cour. Les fêtes, les dimanches tranquilles, le carré de sable, la balançoire. Mais nous réalisons de plus en plus que, pour nous, elle ne vaut peut-être pas le sacrifice du temps passé dans le transport, de l’entretien qu’elle nécessite.

D’où l’on vient, l’achat d’une maison vient dans la suite logique des choses et acheter un « appartement » est un gros non-sens. Il est parfois difficile de briser le moule.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s