Sonia et le végétarisme

Depuis quelques mois, nous expérimentons une diète majoritairement végétarienne à la maison. Je cuisine de la viande un soir semaine, les enfants en mangent à la garderie et moi à l’occasion au bureau (lorsque je n’ai pas de lunch) ou dans les sorties. Mon conjoint ne consomme plus aucune viande (ni poulet, ni poisson), par dégoût soudain et inexpliqué.
La transition fut relativement facile. Je cherchais depuis longtemps à réduire notre consommation animale, pour notre santé et aussi pour l’environnement, et mon conjoint était le plus réticent à l’idée. J’ai donc saisi l’opportunité avec motivation et j’ai même flirté avec les livres de recettes végétaliennes qui me faisaient si peur.
Le végétarisme a beaucoup d’avantages. Premièrement, la viande est souvent ce qui coûte le plus cher dans l’épicerie, donc il y a une économie monétaire immédiate. Ensuite, le temps de cuisson des recettes est souvent plus court, et aucun danger d’oublier de dégeler le poulet. Donc le tout s’intègre très bien à la routine. Et finalement, personnellement, je trouve l’improvisation culinaire plus facile lorsqu’il n’y a pas de viande en jeu.
Le plus difficile, je dirais, c’est d’introduire des protéines à notre alimentation. Mon conjoint a fait une « écoeurantite » des légumineuses, et moi j’ai pris 10 livres en 2 mois. Je ne m’attendais pas à ce que les protéines jouent un si gros rôle sur la sensation de satiété. J’ai tout le temps faim!
Je vais donc, malheureusement, devoir réintégrer de la viande à mon alimentation sur une base plus régulière. Sans nécessairement me remettre à cuisiner comme avant, je vais peut-être ajouter du poulet à mes salades, ou quelques languettes de porc à mon riz aux légumes.

J’assume

J’aime la musique pop. J’écoute beaucoup de styles différents, mais rien de mieux qu’un hit radio surjoué pour me faire danser dans ma cuisine.
J’aime les films cucu. J’écoute majoritairement de la télévision « légère », parce que j’ai besoin de me sentir heureuse lorsque je ferme la télé. La fiction me touche plus qu’elle ne le devrait alors je préfère éviter ses versions lourdes pour l’instant.
J’aime les œufs bénédictines. Je commande toujours les œufs bénédictines. Je suis presque heureuse lorsqu’il n’y en a pas sur le menu, car ça me permet de tester autre chose.
J’adore manger.
Je ne connais rien en vin. Faudrait bien que je m’y attarde un jour, mais pour l’instant je préfère le boire.

J’ai choisi de croire que les petits gestes peuvent changer quelque chose. Parce que l’inverse est trop déprimant. Alors à défaut de pouvoir changer le « big portrait » je regarde quels petits pas je peux faire.
Je crois qu’on fait son propre bonheur, mais je crois aussi qu’il faut savoir accepter certaines choses. À trop vouloir tout le temps plus, on fini par oublier de profiter du moment. C’est cliché, je sais.

« God bless you and your family »

J’ai un peu honte de l’avouer, jusqu’ici j’évitais toute sortie familiale seule avec les deux monstres. Je ne sais pas trop pourquoi, la crainte de ne pas avoir assez de yeux, pas assez de bras, ou encore la peur d’avoir peur. Ceci dit,  j’ai pris mon courage à deux mains samedi dernier, et je suis aller rejoindre une copine à la parade du Père Noël. Ce fut une journée mouvementée, mais assez agréable pour répéter l’expérience.

À chacune de mes sorties, je suis surprise à quel point Montréal, qui a une bien mauvaise réputation au niveau de la courtoisie, peut être serviable. Comme cette gentille dame à Honoré-Beaugrand qui a pris la main de mon fils pour l’aider à descendre les marches pendant que sa copine m’aidait avec la poussette. Cette même dame qui, après m’avoir s’être exclamée que mon fils était « adorable », m’a servi un « God bless you and your family ».

C’est triste qu’on ait plus d’expression de nos jours pour se souhaiter du bien. On se souhaite bonjour et bonne journée, mais sans plus. Parfois on a besoin de plus… et parfois on a besoin de donner plus.

Bonne année à 2009!

Je sais, les derniers mois on été plutôt tranquille, mais ce n’est que pour mijoter une nouvelle orientation par ici.

L’année 2009 sera pour moi une année de multiples projets et j’espère que vous me suivrez dans mes divagations.

Je vous souhaite à tous une excellente année 2009. De l’amour, du bonheur et surtout de la santé.